Introduction de Daniel Riberzani à l'occasion de son exposition à l'Espace Carpeaux en 2002 où entre autres, les premiers dessins de "Nus dissidents" étaient exposés: "Cette exposition présentée à l'Espace Carpeaux est peut-être la dernière de cette nature... elle oscille entre dessin, peinture, écriture... Le monde, notre culture, se sont transformés. L'art actuel et la notion d'art également. Certains de nos repères ont apparemment disparu...

Je suis perplexe, démuni, furieux contre nos sociétés et certains d'entre nous, qui n'écoutent pas, se cachent les yeux ou ne voient rien. Période charnière de ma vie, je reprends mon souffle pour continuer et terminer mon chemin... tout restant à faire comme toujours, autrement, différemment! "  

4 BIS Nu Pol M (GF)  - 110X75 cm - Pierre noire, pastel sur papier - 2015
4 BIS Nu Pol M (GF) - 110X75 cm - Pierre noire, pastel sur papier - 2015
press to zoom
6 BIS Nu Pol M (GF) - 115X75cm - Pierre noire et fusain sur papier blanc et Kraft - 2015
6 BIS Nu Pol M (GF) - 115X75cm - Pierre noire et fusain sur papier blanc et Kraft - 2015
press to zoom
10 BIS Nu Pol M (GF) -105X70cm - Graphite et pastel sur papier - 2015
10 BIS Nu Pol M (GF) -105X70cm - Graphite et pastel sur papier - 2015
press to zoom
3 BIS Nu Pol M (GF) - 110X65 cm - Fusain, pastel et pierre noire sur papier - 2015
3 BIS Nu Pol M (GF) - 110X65 cm - Fusain, pastel et pierre noire sur papier - 2015
press to zoom
12 BIS Nu Pol M (GF) - 120X81cm - Pastel, pierre noire sur carton - 2005-2009 (2015)
12 BIS Nu Pol M (GF) - 120X81cm - Pastel, pierre noire sur carton - 2005-2009 (2015)
press to zoom
5 BIS Nu Pol M (GF) - 65X100 cm - Pierre noire et pastel sur papier Kraft - 2015
5 BIS Nu Pol M (GF) - 65X100 cm - Pierre noire et pastel sur papier Kraft - 2015
press to zoom
2 BIS Nu Pol M (GF) - 75X105 cm - Pierre noire et pastel sur papier - 2015
2 BIS Nu Pol M (GF) - 75X105 cm - Pierre noire et pastel sur papier - 2015
press to zoom
8 Nu Pol M (GF) - 100X65cm - Graphie et pastel sur papier - 2006-2011
8 Nu Pol M (GF) - 100X65cm - Graphie et pastel sur papier - 2006-2011
press to zoom
44 Nu Pol
44 Nu Pol

100X65 - Pierre noire, pastel sur kraft - 2011

press to zoom
Nu Pol  (Coll Part)
Nu Pol (Coll Part)

100X65 - Pastel sur papier - 2006

press to zoom
21 Nu Pol
21 Nu Pol

100X70cm - Graphite et Pastel sec sur papier - 2006/2011

press to zoom
17 Nu Pol
17 Nu Pol

100X65 cm - Fusain & Pastel sur papier - 2005/2006

press to zoom
47 Nu Pol
47 Nu Pol

100X 65 cm - Graphite & pastel sur papier - 2003/2006

press to zoom
20 Nu Pol
20 Nu Pol

100X70 cm - Graphite & Pastel sur papier - 2006.

press to zoom
46 Nu Pol
46 Nu Pol

100X65cm - Pastel sur kraft - 2006

press to zoom
34 Nu Pol
34 Nu Pol

100X65cm - Graphite, pastel sur kraft - 2006

press to zoom
45 Nu Pol
45 Nu Pol

100X65 - Pastel sur papier - 2006

press to zoom
Nu Pol Chris (Coll DR)
Nu Pol Chris (Coll DR)

100X65cm - Pierre noire et crayon couleur sur carton - 2005

press to zoom
7 NuPol Chris
7 NuPol Chris

100X65 cm-fusain et sépia sur papier - 2005.

press to zoom
42 Nu Pol
42 Nu Pol

100X65cm - Pierre noire, pastel gras et sec sur kraft - 2006

press to zoom

Depuis la Renaissance, peintres et sculpteurs ont été fascinés par la représentation du corps. Symboles et allégories ont pris la forme du nu, puis, dans le cadre de la modernité, le nu est devenu un élément majeur de l’expression des diverses  sensualités.

 

Le Nu, devenu à lui seul un genre, quoi de plus académique ?

Le travail de Riberzani offre au Nu (le genre) une signification qui l’inscrit dans le champ des préoccupations contemporaines (qui ne sont pas celles de « l’art contemporain »…).

En effet, la présence de deux individus, chacun pris dans les aléas ordinaires de la vie, peintre et modèle, ne peut s’installer hors du temps. On n’échappe pas à la prégnance des réalités  Le face à face de deux personnes ne peut se réduire à un sujet observateur et à un objet observé.

 

Le peintre, ici le dessinateur, fait en sorte que le modèle s’écarte de son statut « d’objet » en vue de devenir un acteur dynamique participant à la réalisation de l’œuvre à la fois désirée et imprévisible. Un véritable modèle vivant. A cette fin, s’instaure un échange entre deux personnes habitées par  la complexité de leurs réalités psychologiques, sociales, politiques.  De cette conjugaison, collaboration dialectique, peut naître le dessin, un Nu, qui, s’il est un corps marqué des stigmates de la vie, est aussi riche d’indices des épreuves de la vie actuelle, inscrits dans la gestuelle, la pose, le cadrage, le trait, etc. Par ce monde de création, Riberzani invente un Nu inédit porteur de questionnements qui débordent l’intimité du corps pour faire émerger l’empreinte  d’une existence liée aux réalités sociales, modelées par elles,  en résonances avec les préoccupations de l’artiste.

 

Par le flottement de la ligne qui fait vibrer une épaule, une cuisse, un pied, en contrepoint d’un trait précis, aigu, qui cerne une hanche, un sein, le dessin établit une image complexe malgré l’immédiateté de la présence de la Figure. Loin de sacrifier à la banalité des plaisirs du voyeur, ces formes plongent dans des réalités qui lient les deux acteurs dans l’instant – des heures – du surgissement de l’oeuvre.

A ces graphies sensibles autant que réfléchies, s’associent des textes (citations souvent) dont le sens prolonge le caractère de la pose désormais figée sur le papier. Double lecture à mettre en œuvre pour accéder à la pertinence de la totalité de ce que ce dessin expose, parfois rehaussé de zones de couleurs simples, rouge, bleu, jaune, réduites à quelques surfaces choisies, dont le rôle n’est pas de bâtir un fond anecdotique, mais d’évoquer un parfum de sensualité pénétré d’une gravité évocatrice du poids des banalités ordinaires faites de dignité,d'austérité, d'inquiétudes, de douleurs secrètes.. 

 

Ce que ces dessins offrent au regard peut être compris comme une mise en image de corps vivants dépouillés des oripeaux académiques, esthétiques, idéologiques qui, jusqu’à ce jour, ont « habillé » le Nu pour masquer ce qu'il .. dévoile de la réalité. 

A cet égard, pour Daniel Riberzani, le Nu doit endosser un rôle actif ancré dans les tourments d’un quotidien délaissé, afin de devenir porteur d’un discours qui véritablement prend corps dans-par le dialogue muet entre les deux acteurs dans le silence de l’atelier dont, paradoxalement, l’isolement devient propice à l’émergence de ce qui dans le corps de chacun, peintre, modèle, spectateur, peut produire de discours social   …et politique.                 

                                                                                                                                        M.Dupré - 02/11